UN Étrange HIVER  

Avec la diminution de la longueur des jours, nos vieux compagnons ont naturellement commencé à se munir d'une épaisse doudoune en prévision des frimas de l'hiver dont les prémices se sont fait sentir en octobre...

Novembre...,décembre..., une douceur printanière qui ne se dément pas et nos poilus qui transpirent !

Janvier..., la pluie, le vent, le froid...

 

Humidité persistante, chaleur, feutrage des poils morts, débris cutanés, les toisons de nos compagnons deviennent un refuge trois étoiles pour parasites de tous "poils" :

tiques, poux, bactéries, champignons...

Si votre cheval bénéficie d'un abri de pré qui lui permet de se sécher, ne négligez pas pour autant un pansage même superficiel pour aérer le pelage et briser la croûte de boue des roulades et rechercher dans les zones sensibles, auge, crinière, poitrail, queue, la présence de tiques qui sont très nombreux cette année ! 

Si malheureusement vous ne diposez pas d'abri pour votre cheval ou si il est  de santé fragile, n'hésitez pas à le couvrir : les couvertures actuelles sont techniquement excellentes : ne tournant pas, chaudes et imperméables et résistantes, laissant les chevaux libres de leurs mouvements.

Il faut, malgré tout, être vigilant et, à l'occasion d'un rayon de soleil, au moment de la ration, vérifier qu'il n'y a pas de problème en retirant la couverture et en effectuant un pansage/massage avant de la remettre.

Autre problème de cet hiver : la boue ! Ennemie incontournable et omniprésente dans les zones de passage, d'abreuvement, d'accès au fourrage, et les abords des abris dans les régions de terres profondes. Attention au pli du pâturon, aux pieds : crevasses, abcès, soles fragilisées !

L'hiver est toujours une saison difficile pour nos vieux compagnons, mais cet hiver étrange oblige à une vigilance et à une adaptation aux circonstances quasi quotidienne.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Abrivert (vendredi, 26 février 2016 13:10)

    Très bons conseils, merci !